Foodbook des tendances culinaires 2017

My_Communications_Manager_Foodbook

Des gâteaux tendances rouges de plaisir

Les créations sucrées s’habillent de rouge ! Signes de cette nouvelle tendance, les créations signées Arnaud Larher, Michaël Bartocetti (Shangri-La Paris) et Jean-Paul Hévin s’illuminent d’un manteau vermillon. Vanille-sablé-framboise pour Arnaud Larher, chocolat-griotte pour Jean-Paul Hévin, croustillant noisette-riz soufflé-vanille-fleur d’oranger pour Michaël Bartocetti… Le rouge fait feu de tout bois.

 

La cuisine sans gluten

Les recettes se multiplient, les restaurants aussi. C’est d’ailleurs le concept de l’enseigne sans gluten et bio NoGlu dont la nouvelle annexe a ouvert réemment rue de Grenelle. Murs rose dragée, tables en terrazzo, ondulations en laiton perforé…le décor, à la fois doux et sophistiqué joue, selon le créateur, la carte du boudoir chic plus que de la bonbonnière. A tester !

NoGlu, 69 rue de Grenelle. Paris (VIIe), 01-58-90-18-12. A la carte: environ 25 euros. www.noglu.fr.

 

Les cuvées parisiennes

La Brasserie de l’Etre est la dernière à produire une bière typiquement parisienne à base de malts bio et des houblons français. Les Vignerons parisiens, qui disposent d’un chai en pleine ville, vinifient des jus issus de raisins-bio de la vallée du Rhône. La Distillerie de Paris enfin est la première du genre dans la capitale depuis plus d’un siècle. Nicolas Julhès a déjà distillé une quarantaine d’eaux-de-vie.

Les Vignerons parisiens, 55,rue de Turbigo, Paris (IIIe), 01-44-93-72-97. www.lesvignerons.paris. La Brasserie de l’Etre, 7 ter, rue Duvergier, P
aris (XIXe). Page Facebook. La Distillerie de Paris, www.distilleriedeparis.com.

 

Les grands chefs à portée de ticket

Les toques revisitent le buffet de gare à Paris ou en région. Dans la capitale, Thierry Marx a inauguré mi-novembre L’Etoile du Nord, un espace trois salles, trois ambiances: un bar, un coin sandwichs et une brasserie pour 700.000 de voyageurs
quotidiens.

A Rennes, le chef breton Olivier Belin devrait ouvrir une table dans un espace de 1.000 mètres carrés.

Dans le Grand Est, c’est l’enfant du pays Michel Roth, ancien chef du Ritz, qui a été approché pour s’installer en gare de Metz.

Quant à Alain Ducasse, il inaugurera sa table dans la gare Montparnasse en 2019.

 

Les bowls qui donnent la pêche

Le bol s’exprime sous toutes ses formes ! Dans la famille des bols, il y a eu l’acaï bowl, le poke bowl (né à Hawaï) et, désormais, les Buddha bowl. Veggie, bourrés d’aliments aux noms quasi inconnus, mais riches en nutriments et vitamines, ils sont très complets.

Le Smoothie Bowl contient des flocons de céréales, des fruits givrés et frais et une boisson végétale (Amande, Riz, Coco, Épeautre), le tout mixés et agrémenté d’un topping au choix : graines de chia, de sésames ou de courges mais aussi de baies de gogi, d’açai ou de pollen.

Le Cake Bowl, enfin, contient un mélange de céréales ainsi que des fruits frais ou secs à mélanger avec une boisson végétale, un œuf et un peu de levure. Quelques minutes au micro-onde et voici un gâteau léger et aérien.

 

Le retour du couscous

Le couscous fait son grand retour et ne ménage pas sa peine pour nous faire goûter de nouvelles saveurs, loin de la version traditionnelle. Couscous à la courge, au curcuma ou au lait safrané, couscous aux champignons et aux fèves, ou même couscous sucré à la vanille, crème de coco et fruits secs… autant de versions d’un des plats préférés des Français.

 

La pâtisserie monomaniaque

Tendance forte de ces derniers mois, les pâtisseries spécialistes d’un seul dessert font fureur !

L’Éclair de Génie propose ainsi les magnifiques éclairs abricot, citron-yuzu, pomme-vanille, frais ou glacés, de Christophe Adam. Une perfection à déguster dans 6 points de vente à Paris :

14 rue Pavée, 4e arrondissement.
122 rue Montmartre, 2e arrondissement.
32 rue de Notre-Dame des Victoires, 2e arrondissement.
13 rue de l’Ancienne Comédie, 6e arrondissement.
Au Carrousel du Louvre, 99 rue de Rivoli, 1er arrondissement.
Lafayette Gourmet, 35 boulevard Haussmann, 9e arrondissement.
Site web

Le chou n’est pas en reste et revient sur le devant de la tendance grâce à Popelini. Découvrez dans cette boutique une déclinaison de cette pâtisserie en neuf versions : café, vanille, rose, chocolat noir, chocolat au lait, citron, praliné, caramel et pistache. Un dixième parfum est renouvelé chaque jour, pour le plaisir des plus téméraires qui aiment découvrir de nouvelles saveurs.

29 rue Debelleyme, 3e arrondissement.
Site web

Aux Merveilleux propose différentes versions de cette pâtisserie hautement gourmande originaire du Nord de la France. Site web

« Fake news » sur le web : démêler le vrai du faux

My Communications Manager agence de communication Enghien-les-Bains Val d'Oise 95 _ Fake news

Dans un contexte de tensions politiques et de pression médiatique extrêmes, la maîtrise de l’information est un enjeu qui relève de plus en plus d’une guerilla stratégique d’où il est difficile de démêler le vrai du faux, l’information de la « fake news* ». Les médias comme les réseaux sociaux tentent de s’organiser pour ne plus se faire les porte-paroles involontaires des hoax**, mensonges et autres tentatives de manipulation de l’opinion, organisés parfois au plus haut niveau.

Des départements « fact-checking*** » musclés

Devant la multiplication des fausses informations, My Communications Manager agence de communication Enghien-les-Bains Val d'Oise - fake newsles médias s’organisent pour faire face à leurs obligations de vérification. Ainsi, les rédactions se dotent-elles de plus en plus d’outils et de services exclusivement dédiés au fact-checking. Ainsi, des spécialistes du domaine rejoignent les rédaction pour monter des équipes exclusivement dédiées à cette tâche. Le Monde lancera dans les jours qui viennent un nouvel outil appelé « Décodex » qui recensera tous les sites satiriques et parodiques, orientés ou véhiculant de fausses informations, permettant ainsi aux internautes de vérifier la nature des sites sur lesquels ils surfent.

Transparence et éthique : la Charte de Poynter

35 organisations de fact-checking dans 27 pays ont signé la Charte de Poynter, établissant cinq principes destinés à unir leurs pratiques dans une perspective éthique : traiter l’information de façon non-partisane, publier leurs sources, communiquer sur l’origine de leurs financements, expliquer leur méthodologie et leur politique de correction.

Les principes édictés par cette charte sont consultables ici.

Une stratégie anti-fake news chez Facebook

Devant les dégâts occasionnés par la multiplication d’informations My Communications Manager agence de communication Enghien-les-Bains Val d'Oise - fake newsmensongères sur son réseau, notamment durant la campagne électorale américaine, Facebook a décidé de s’armer d’une stratégie anti-fake news. Ainsi, au moindre soupçon, il sera désormais possible de signaler ce type d’information. Une mention sera alors apposée sur l’article, la vidéo ou la photo pour alerter l’internaute. Des modifications d’algorithme sont également dans les tuyaux pour ne plus mettre en avant les informations signalées. Une première mesure qui présente une avancée certaine mais qui ne repose aussi, pour le moment, que sur la bonne volonté et l’amateurisme de ses utilisateurs.

Quelques astuces pour dénouer le vrai du faux

Des extensions, disponibles notamment pour le navigateur Chrome, ont été développées pour permettre d’identifier plus facilement les informations trompeuses et rétablir la vérité.

  • Hoaxbuster.com, le site qui recense tous les hoax diffusés sur le web et les réseaux sociaux.
  • This is fake, qui fait apparaître un bandeau rouge avec la mention « fake » lorsqu’une fausse information est repérée. Cette extension offre également la possibilité de signaler une info suspecte.
  • Fake News Alert identifie quant à lui les hoax sur le net et diffuse également des alertes.
  • Decodex, comme abordé précédemment, lancera également son extension disponible sous Chrome et Firefox. Un message sur la fiabilité du site internet consulté s’affichera en cas d’indexation de celui-ci dans sa base de données des sites suspects.
  • RealDonaldContext, un outil permettant d’obtenir une information contextuelle indiquant qu’un tweet de Donald Trump ne relate pas la vérité et rétablissant cette dernière.

* fausses informations ** canular ou rumeur viralisé sur internet *** vérification des informations

Quelles seront les tendances en communication pour 2017 ?

My Communications Manager agence de communication Val d'Oise 95 Enghien-les-Bains _ tendances 2017

2017 est là, vous vous demandez quelles seront les tendances à ne pas rater pour vos actions de communication ? Inutile de sortir votre boule de cristal, voici quelques pistes.

Tendance #1 : la réalité virtuelle

Le marché de la réalité virtuelle est en pleine explosion. D’ici à 2025, il devrait peser 180 milliards de dollars, contre 1 milliard de dollars en 2017. Pour les marques, la Virtual Reality permet d’immerger le consommateur dans un univers et de créer de l’engagement. Getty Images a posté sur Facebook une image 360, qui a été partagée 1,85 million de fois! C’est dire si l’enjeu est de taille.

Tendance #2 : le multiculturalisme dans l’image

Pour Anne Boussarie, directrice générale France de Getty Images, les individus ne sont plus liés par l’endroit où ils vivent mais bien par leurs aspirations. D’ailleurs, il est difficile, pour beaucoup de photos, d’identifier le lieu où elles ont été prises. C’est ce qu’elle appelle le « voisinage planétaire ». Une tendance dont se sont saisies les marques, à l’image d’AirBnB ou de L’Oréal, qui prônent dans leurs publicités l’ouverture sur le monde.

Tendance #3 : la photo sans filtre

Spontanéité et authenticité sont les deux grandes tendances en termes d’images. Une tendance incarnée par les Millennials, en quête de « l’authenticité imparfaite ». Sur Instagram, on trouve ainsi actuellement 178 millions d’images sous le hashtag « No filter ». De même, Getty Images note, dans ses recherches, l’explosion des requêtes « unfiltered » et « disruptive » (+219% pour le premier, +298% pour le second). Une tendance sur laquelle surfe Meetic avec sa campagne « Love your imperfections ».

Tendance #4 : l’ère des croyances et du story-telling

C’est la conclusion de l’étude Trend Obs 2017 d’Ipsos: nous vivons dans un monde polarisé où s’opposent des vérités contradictoires, à l’image de Trump et des « faits alternatifs ». Chacun sélectionne dans le réel ce qui alimente sa propre vision des choses. C’est ce que Thibaut Nguyen, directeur Trends and Prospective chez Ipsos Public Affaires, surnomme le « concept de Saint-Thomas inversé » : chacun ne voit que ce qu’il croit. Donc, plutôt que d’argumenter pour exprimer une vérité relative, les marques doivent adopter une posture émotionnelle et préférer le storytelling. L’étude révèle d’ailleurs que les aspirations les plus fréquentes des trendsetters sont l’évasion, la recherche de l’entre-soi via des cercles ou des communautés qui partagent le même avis, et la recherche d’instances supérieures en qui croire (un gourou, la Nature).

Tendance #5 : utiliser les codes du vrai pour dire le faux

La viralité crée la vérité. C’est le jeu du référencement. Pour Yvan Kraut, directeur du planning stratégique de l’agence Hopscotch, « tant qu’une information est présentée sous un format crédible, peu de gens la remettent en question ». Des campagnes ont été créées selon ce principe, en « faisant croire au vrai », à l’instar de la campagne Louise Delage de BETC Paris, qui visait à sensibiliser contre les méfaits de l’alcool. Un stratégie payante puisque la campagne a généré 500000 vues sur les réseaux sociaux et fait l’objet d’une centaine d’articles dans les médias, sans un centime dépensé en plan média !

Tendance #6 : la communication contradictoire

Assumer ses atouts et ses faiblesses, c’est le principe de la communication contradictoire des marques. L’honnêteté peut aider à établir (ou rétablir) la confiance des consommateurs dans une marque. En 2015 dans une publicité, Speedy ironisait sur le fait qu’ils servaient peut-être du mauvais café (photo), mais qu’ils étaient bien placés en terme de relation client. Pour Laurence Malençon, directrice de l’innovation chez Hopscotch, honnêteté et transparence vont de pair.

Source IPSOS/Hopscotch

Salon Heavent 2016, la récap !

My Communications Manager agence de communication Val d'Oise 95 Enghien-les-Bains -Salon Heavent

Pour les communicants et event managers qui faisaient un trek en Tanzanie à cette date, le salon Heavent s’est déroulé du 15 au 17 novembre 2016 à la Porte de Versailles. Temple de l’événementiel, ce salon professionnel est un excellent indicateur des tendances des prochaines innovations en matière d’animations, de goodies ou de réception. Si vous n’avez pas eu le temps de vous y rendre, ni n’avez eu la chance d’obtenir votre accréditation (dont la délivrance faisait l’objet d’un sérieux tri sur le volet…), My Communications Manager s’y est rendu pour vous. Voici la récap’ de plusieurs heures de déambulation.

Près de 500 exposants, 14 000 visiteurs, une dizaine de conférences, des awards, 2 soirées… Pendant 3 jours, Heavent c’est le paradis de l’événementiel. Structuré en zones dédiées aux animations, aux goodies, à la réception et à la technique, il y a de quoi faire ! Une belle scénarisation des lieux achève de mettre l’eau à la bouche des visiteurs. Je vous propose dans ce billet de vous présenter les nouveautés qui m’ont charmée, interpellée, enthousiasmée…

Les animations

Parmi l’offre pléthorique de team-buildings et autres incentives, dont beaucoup tournent autour de la thématique en vogue de l’escape game, quelques propositions m’ont semblé intéressantes.

  • Make your movie : répartis en équipes, munis d’un iPad mini et du matériel de tournage nécessaire (perche, micro, lumières), vous devez tourner votre propre film avec les moyens du bord. Publicité, remake de scènes cultes, ou court métrage : silence… On tourne !
  • Le miroir d’essayage : la première solution d’essayage virtuel qui permet de visualiser rapidement le rendu d’un vêtement sans passer par la cabine d’essayage. A l’agence, on y voit de multiples applications, de la plus évidente à l’attention des clients de marques de prêt-à-porter, lors du lancement d’une nouvelle collection par exemple, à la plus inventive en le détournant pour se déguiser à l’envie lors de soirées auxquelles vos clients pourront se rendre sans être ridicules sur le trajet !
  • Body scan : le photomaton du futur. Une cabine 3D qui permet de scanner les gens en une minute et délivre une figurine à votre effigie de 10 à 20cm en plastique, bois, pierre, verre…
  • Les fontaines à boissons géantes : ce sont des fontaines gigantesques, design, technologiques et connectées pour les événements de 5 à 5000 personnes.
  • La consultation cosmétologique : faites réaliser un diagnostic de peau par une cosmétologue qui confectionnera, sous vos yeux ébahis, la parfaite émulsion totalement adaptée à vos besoins dermatologiques. Une animation haut de gamme et sur-mesure, mixte, envisageable partout grâce à un faible encombrement… effet garanti !

Les goodies

La réutilisation, crédo du développement durable et de son petit frère le paperless, s’est imposée dans les produits que nous avons sélectionnés. Des cadeaux d’entreprises comme on aimerait en recevoir plus souvent dans les événements 😉

  • Whynote Book : imaginez la simplicité d’utilisation d’un tableau blanc et la polyvalence d’un bloc notes que vous pouvez emporter partout ! Un bloc-notes effaçable et réutilisable au format A5 dont vos clients ne pourront plus se passer.
  • Pop note : avec le Pop Note, fini le gaspillage ! Vous inscrivez le message sur la note effaçable, vous pouvez le garder en évidence sur un bureau puisque la note tient seule à la verticale ; une fois le message pris, vous l’effacez et rangez la note sur son support pour la réutiliser par la suite. Magique !

En bonus track, la carte publicitaire avec écran LCD : bluffante ! Une prouesse technologique qui consiste à intégrer un écran LCD extra plat et léger sur lequel défile le film de votre choix. Une idée originale et innovante (quoiqu’un peu coûteuse) pour présenter des voeux 2.0 pour 2017 !

Et vous, quelles innovations vous ont interpellé ?

A noter dans vos tablettes; prochaines dates : 14, 15 et 16 novembre 2017 à la Porte de Versailles

http://www.heavent-expo.com

Rétrolapin, l’exposition éphémère régressive

My Communications Manager agence de communication Val d'Oise 95 Enghien-les-Bains Duracell

Surfant sur la vague du rétrogaming, Duracell ouvre un showroom exclusivement dédié à cette thématique du 26 novembre au 4 décembre 2016.

Un pop-up store vintage

Si vous êtes né dans les années 80/90, ce pop-up store s’adresse à vous ! Contournant la difficulté de parler de manière sexy d’un produit dont l’achat relève de la contrainte, Duracell capitalise sur l’univers de son lapin cinquantenaire, et plus largement sur celui du jouet, pour proposer à ses visiteurs de replonger dans leur enfance. Le temps d’un jeu iconique tel que Docteur Maboul, la Dictée Magique ou la Game Boy, en s’improvisant coiffeur sur la tête à coiffer Bella, un walkman vissé sur les oreilles, vous pendrez bien un petit verre de Tang ? Les mains magiques d’un réparateur seront également mises à la disposition de vos jouets, récents ou anciens, pour leur donner à leur tour une seconde vie.

Un outil marketing pointu

Ne vous fiez pas au sourire naïf du lapin, cet événement est un formidable outil marketing. Mêlant les tendances actuelles du story telling, du revival, de l’upcycling et du développement durable, cet événement basé sur l’émotionnel touche principalement les enfants d’hier devenus les parents d’aujourd’hui, mais également leurs enfants qui peuvent ainsi découvrir l’univers dans lequel leurs parents ont grandi. Pas bête !

Pour en savoir plus

http://www.retrolapin.fr

Galerie Kogan, 96 bis rue Beaubourg – 73003 PARIS

Métro: Arts et Métiers (Métro ligne 11 – 3)
Réaumur-Sébastopol (Métro ligne 11 – 4)

4 conseils pour bien choisir votre traiteur

My Communications Manager agence de communication Val d'Oise 95 Enghien-les-Bains

Vous avez déniché le lieu parfait pour votre événement ? Il vous reste à choisir la société qui prendra en charge un aspect ô combien stratégique dans le succès de votre projet : votre traiteur.  En effet, rien de plus déceptif qu’un buffet qui rate sa cible… Voici 4 conseils pour ne pas se tromper.

Anticipez

Ne sous-estimez pas le temps qu’il vous faudra allouer à cette question. Premièrement, parce que les bons traiteurs ont un agenda bien rempli et pourraient ne pas pouvoir prendre en charge votre événement. Ensuite, parce que trouver le bon traiteur requiert un minimum d’investissement en temps : sélectionner les sociétés, rencontrer les commerciaux pour leur exposer vos attentes, recevoir leurs propositions, tester leurs créations… Autant d’étapes qui peuvent s’avérer chronophages. Enfin, parce qu’il arrive de plus en plus fréquemment que les lieux s’adjoignent les services d’un ou plusieurs traiteurs dits « exclusifs ». Il s’agit d’une donnée qu’il faut envisager dès le début du projet.

Limitez votre champ d’investigation

Difficile de s’y retrouver dans une offre pléthorique ! Interroger tout le marché serait inutile et inefficace. Pour orienter au mieux vos recherches, rédigez un cahier des charges précis et établissez les premiers critères de votre sélection :

  • Votre budget est-il élevé ou non ? Quelle est la nature de votre événement, haut de gamme ou « à la bonne franquette » ? De cette façon, vous limiterez votre champ d’investigation. Seuls quelques grands noms se partagent le haut du panier de l’événement haut de gamme, comme le traiteur « cousu main » Potel & Chabot ou bien Lenôtre (pas le vôtre, le nôtre). A contrario, si votre budget ne vous permet pas de faire des folies, certains grands traiteurs proposent désormais leur filiale « access ». Par exemple Kardamome, « traiteur raisonnable » issu du traiteur haut de gamme Kaspia, propose des pièces simples, roboratives mais qualitatives. Une astuce si votre budget est serré : le champagne étant un poste de dépense particulièrement important, My Communications Manager vous recommande de négocier un « droit de bouchon » avec votre traiteur. Vous aurez ainsi la possibilité de venir avec votre propre champagne qui sera rafraîchi et servi par les serveurs. L’économie ainsi réalisée peut être substantielle…
  • Avez-vous prévu une thématique, une animation ? De plus en plus de traiteurs choisissent de s’orienter vers une spécialisation. Ainsi,  propose-t-il des matières premières responsables, issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable, en complément d’une démarche de réduction de l’empreinte environnementale et d’un projet social de réinsertion par l’activité économique. Saveurs d’étoiles a quant à lui développé une approche exclusive pour réinventer le métier de traiteur et analyse ‘l’Identité sensorielle’ de votre entreprise pour l’interpréter dans un accord parfait.

Dans tous les cas, privilégiez les traiteurs qui connaissent déjà le lieu que vous avez réservé : ils ont une expérience des espaces qui facilitera grandement tous les aspects logistiques de votre événement.

Posez les bonnes questions

Sans jeu de mots, il ne faut pas hésiter à mettre les pieds dans le plat ! Certains traiteurs sont ce que l’on appelle des « assembleurs ». Ils proposent des pièces dont les composantes sont produites par des laboratoires culinaires qui ne leur appartiennent pas. D’autres, à l’opposé, ne proposent que des créations maison, réputées plus qualitatives et créatives que leurs consoeurs assemblées.

Vérifiez l’ensemble des prestations proposées : vous propose-t-on du champagne ou un vin blanc pétillant ? Les softs sont-ils à volonté, à toute heure de l’événement ? La décoration (nappage, art de la table, fleurs…) est-elle inclue ? Quels frais supplémentaires peuvent être envisagés ?

Il est également important de s’intéresser aux équipes qui assureront le service lors de votre événement. Beaucoup de traiteurs font appel à des extras, il faut donc s’assurer auprès de votre interlocuteur qu’il a déjà eu l’opportunité de travailler avec ces équipes. Il pourra ainsi en garantir le professionnalisme. Quoi de pire que des serveurs malaimables, pressés d’en finir ou qui multiplient les maladresses… Profitez-en pour valider que le nombre de serveurs prévu respecte bien le ratio « 1 serveur pour 20 à 30 convives maximum ». En deçà, passez votre chemin.

Assurez-vous enfin que le traiteur sélectionné vous intègrera à chaque étape de l’avancement du projet. Valider ensemble le plan de disposition des buffets dans la salle est par exemple une étape essentielle.

Testez la marchandise

Un déjeuner-test peut être demandé, s’il n’est pas proposé. Généralement gratuit, il vous permettra de vous assurer par vous-même de la qualité et de l’adéquation des mets présentés. Et si vous avez des remarques à formuler, ce sera le moment de juger de la souplesse de votre traiteur !

Et si, malgré tous ces conseils, sélectionner un traiteur vous paraît toujours compliqué, n’hésitez pas à nous confier cette tâche ! Contactez-nous au 07 83 53 06 60.

 

Newsjacking : pratique risquée ou pari gagnant ?

My Communications Manager agence de communication Val d'Oise 95 Enghien-les-Bains _ newsjacking

Le « newsjacking », ou « Real Time Marketing » (marketing en temps réel), technique qui consiste à rebondir sur l’actualité pour faire la promotion de sa marque, est actuellement une tendance lourde en matière de communication. Si elle est maîtrisée, cette technique peut générer une formidable couverture médiatique, notamment sur les réseaux sociaux. A l’inverse, les conséquences d’un usage approximatif peuvent s’avérer douloureuses…

C’est ainsi que certaines marques ont vu leur notoriété décoller grâce à uMy Communications Manager newsjacking oreo superbowln message bien senti. Ainsi, en 2013, alors qu’une coupure de courant interrompt le Super Bowl, Oréo profite de l’opportunité pour poster un tweet ironisant sur la situation. Avec 15000 RT à son actif, ce tweet est un exemple du buzz que peut générer une stratégie de newsjacking réactive et pertinente. On peut citer également Ryanair qui, en 2007, avait diffusé dans Le Parisien une publicité surfant à l’époque sur le mariage de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni. Ou même KitKat, qui a choisi de rebondir sur le « BendGate » (fragilité de l’iPhone 6 à la torsion) en septembre dernier.

Les risques du métier

Mais le newsjacking a également ses détracteurs, qui y voient un opportunisme mercantile. Le terme « newsjacking » n’est-il pas déjà péjoratif en cela qu’il associe l’actualité au suffixe « jacking » que l’on retrouve par ailleurs dans « carjacking » ou « homejacking » ?

My Communications Manager AT&T newsjackingNous retrouvons sur le net nombre d’exemples d’un usage malheureux du newsjacking, parmi lesquels celui de l’AT&T qui a tenté de surfer sur la célébration de l’anniversaire du 11 septembre 2001, générant un bad buzz énorme. L’entreprise a dû présenter ses excuses pour éteindre l’incendie provoqué, mais les dommages sur l’image de marque de la société sont irrémédiables.

Les clés du succès

Pour pratiquer le newsjacking de haut niveau, il vous faudra respecter les conseils de pro suivants :

Soyez agile. Comme le démontre le schéma ci-contre, la fenêtre de tir du newsjacking est très courte. My Communications Manager Cycle newsjacking

Pour éviter de manquer une opportunité de communiquer, préparez un plan d’actions que vous ferez valider en amont à vos supérieurs ou à votre client peut être une bonne option pour être libre de poster le soir, la nuit ou même le week-end, en cas de besoin. Obtenir leur confiance et leur soutien pour poster sans contrainte peut en être une autre.

Soyez pertinent. Trouvez le lien entre l’actualité et votre marque. Ne pas chercher à tout prix à surfer sur une actualité sans connexion avec votre entreprise sous prétexte qu’elle fait le buzz. Faire en sorte que vos publications, newsjacking ou pas, soient en phase avec la stratégie et le territoire de marque de votre entreprise.

Soyez malin. Faire preuve de sensibilité, de jugement, d’humour et de créativité. Le meilleur conseil à donner est que si le doute est permis, il faut éviter de poster. Il faut être capable d’anticiper les réactions de son audience, TOUTES les réactions. En toute logique, il faut écarter de fait les actualités sensibles comme les catastrophes, les guerres, le décès…

Suivez l’actualité de près. Restés connectés aux principaux sites d’informations et aux réseaux sociaux pour détecter rapidement les sujets qui feront le buzz. Vous pouvez également mettre en place un service de veille ou d’alertes sur Google à l’aide de mots-clés, par exemple.

Le newsjacking peut donc être un formidable levier pour s’attirer l’adhésion de son audience et générer de la visibilité, de l’engagement et du trafic. Il s’inscrit parfaitement dans le cadre d’une stratégie de communication innovante… et d’un budget limité. A condition d’aimer vivre dangereusement !